Qui à inventer la méthode agile kanban ?

Accueil Management Qui à inventer la méthode agile kanban ?

Dans les années 1950, Toyota voulait concurrencer les meilleurs constructeurs américains. Pour y parvenir, l’industriel Nippon fit appel à un ingénieur, Taïchi Ono qui eut pour mission d’optimiser la fabrication des voitures du constructeur automobile. Ce dernier inventa la méthode Kanban. Ce mot japonais signifie étiquette.

Comment fonctionne la méthode Kanban ?

La méthode commence par une courte réunion de quinze minutes entre les participants qui s’opère chaque jour et de préférence le matin. Ces meetings Kanban quotidiens se déroulent habituellement debout et les participants répondent à trois questions :

  • Ce qu’ils ont fait hier,
  • Ce qu’ils vont entamer aujourd’hui,
  • Et quelles difficultés ils risquent de rencontrer.

Les adhérents peuvent exploiter un tableau Kanban. Ce dernier est très visuel est facile à maîtriser. Dans sa forme la plus simple, il comprend souvent trois colonnes : à faire, en cours et à réaliser. Sur chaque colonne, on fixe des étiquettes également appelées des cartes Kanban. Chaque tâche constitue une action à réaliser.

Hormis les cartes, on peut d’ailleurs exploiter des affichettes ou des notes adhésives. Ces dernières sont disposées dans la colonne à faire, en cours ou réalisé. Les collaborateurs observeront avec un simple coup d’œil l’évolution d’un projet. Simplement, vous remarquez le nombre de notes figurant dans chaque colonne. Au fur et à mesure de l’aboutissement du projet, les cartes sont déplacées d’une colonne à une autre, pour finalement se retrouver dans la colonne « réalisé ».

La particularité des tableaux Kanban de Taïchi Ono

De temps en temps, les tableaux Kanban présentent une quatrième colonne à gauche habituellement nommée le « backlog » ou idées. Cette colonne se rapporte en général, aux tâches dont on ne parle pas encore. Il est important de savoir que dans certains tableaux Kanban, on peut rajouter une colonne « test » avant la partie « réalisée ». Cela s’effectue dans les programmes de développement technique qui nécessite le test d’une tâche avant de la considérer comme achevée.

En définitive, la méthode Kanban peut se comparer à la démarche scrum à la différence que celle-ci se base sur des cycles de développement constant, en particulier des sprints de deux semaines. La méthode Kanban quant à elle, fait avancer un projet au quotidien avec un processus d’optimisation continu. Ces deux démarches peuvent être adoptées en parallèle, car elles se complètent idéalement.

Comment utiliser la méthode Kanban ?

Il faut savoir qu’autrefois, les industriels confectionnaient en masse et orientaient toute cette quantité sur le marché. La démarche Kanban inverse les choses. C’est une approche dite « Lean » qui tient compte de la demande pour définir le volume de biens à produire. La production est effectuée en flux notamment en fonction de la demande. Bien appropriée à la gestion de la production, la démarche Kanban est actuellement adoptée pour piloter toutes sortes de projets et elle est aussi adaptée à un projet marketing. Pourquoi ? Dans la mesure où elle se base sur une démarche simple qui représente visuellement un flux de travail sous forme de tableau appelé tableau Kanban.

La méthode agile Kanban

La méthode agile kanban permet de gérer facilement les priorités et de gérer le statut d’avancement de chaque tâche que l’on peut aisément prioriser. On classe surtout cette démarche parmi les méthodes dite « agile » tout comme la démarche scrum.